Blog Officiel Stranglers France

Et pour bien commencer l'année...
EN JANVIER, UNE INTERVIEW EXCLUSIVE DE BAZ POUR STRANGLERS-FRANCE

lundi 4 novembre 2013

Beauté "Feline" d'un Album tout en Finesse

Les Stranglers fêtent cette année leurs 40 ans de carrière. A peine croyable tant le parcours chaotique du groupe pouvait laissait imaginer une sortie de route prématurée, dès la parution de  leurs premiers albums.
Rien ne pouvait laisser présager une telle boucle dans le temps, alors que les médias les marginalisaient et que leurs concurrents immédiats, à supposer d’ailleurs qu’ils en aient eu, ne souhaitaient surtout pas s’afficher à l’ombre d’une telle formation. Les Stranglers dérangeaient, mais s’en foutaient ! Totalement … et le tout  avec un détachement quasi suicidaire sur le plan commercial. Pourtant, malgré les épreuves et le dénigrement, le groupe cheminait dans les années 70 au gré d’albums tous aussi remarquables pour aboutir, au début des années 80, à cet ovni sonore intitulé « Feline ».  Sorti en début d’année 83, cet album hors norme méritait que nous lui rendions hommage sur notre blog.

Feline est un album du groupe The Stranglers sorti en 1982 sur le label Epic Records. Cet album a été mixé par le producteur Tony Visconti. Cet album se remarque par ses mélodies sophistiquées, calmes et éthérées ... - https://fr.wikipedia.org/wiki/Feline

Conceptuel, symbolique et sophistiqué, cet album irradie d’une noirceur musicale incroyablement profonde. Le mystère ne se dévoile qu’au  bout de plusieurs écoutes attentives. Le coup de griffe ne se reçoit qu’après avoir soumis son ouïe au phrasé délicat délivré par les deux chanteurs du groupe totalement en phase avec cet univers sombre et sensuel. La cage du félin  ne se referme que pour les initiés, ceux qui acceptent de se laisser prendre dans le tissage complexe des synthés et des lignes de basses. La batterie, mécanique et répétitive, scande froidement cet univers sonore, paradoxalement confiné mais sans bordure. Il y a une  délicieuse notion d’enfermement volontaire, d’isolement sensoriel et au final de libre dépossession de soi au son de ces mélodies plaintives et romantiques. « Feline », c’est aussi le récit ésotérique d’un auditeur captif qui accepte de se soumettre à l’envoutement d’une production savamment froide et chirurgicale. Dans la discographie du groupe, c’est un album unique qui, tel un diamant noir, ne diffuse  pas de lumière. Au contraire, à l’instar de cette pierre précieuse et rarissime, cet album absorbe et se nourrit d’abord de celle diffusée par ses propres auditeurs.

« Feline », c’est aussi deux grands titres, « Midnight Summer Dream » et « European Female »  qui porteront le groupe vers un succès massif et unanimement reconnu, notamment en France ou l’album sera classé disque d’or. Mais c’est également des bouts de particules sonores, aussi noires qu’un fragment de météorite, qui de l’éphémère « Blue Sister » à l’inquiétant  « Small World » gravent leurs marques dans cet écrin d’onyx.

Et Puis « Feline » c’est aussi quelques bouts de déhanchement possible sur des compositions lunaires qui ne prêtent pourtant pas nécessairement au pas de deux ! C’est une écriture subtile qui allie la souplesse du félin, incarnée par des parties de guitares hispanisantes, à la rigueur millimétrée de nappes de claviers géométriquement assemblées. Une furtive note de soleil qui s’échappe avec « Paradise » pour un « All Roads lead to Rome » définitivement  synthétique.

En conclusion, « Feline » demeurera comme  une œuvre majeure  d’une incroyable beauté et d’une finesse extrême. Non plus un disque mais une pierre précieuse.  Non pas une cage mais un coffret rare.



Titres :
  • Midnight Summer Dream - 6:12
  • It's A Small World - 4:35
  • Ships That Pass In The Night - 4:06
  • The European Female (In Celebration Of) - 4:02
  • Let's Tango In Paris - 3:15
  • Paradise - 3:48
  • All Roads Lead To Rome - 3:54
  • Blue Sister - 4:03
  • Never Say Goodbye - 4:15
Pour la réédition du CD en 2001, de nouveaux titres ont été ajoutés :
  • Savage Breast
  • Pawsher
  • Permission
  • Midnight Summer Dream / European Female (live)
  • Vladimir and Olga
  • Aural Sculpture Manifesto

4 commentaires:

Anonyme a dit…

bravo pour l'hommage!!
quand vous dites que "le mystère se dévoile après plusieurs écoutes....", ça me rappelle mon 1er ressenti à la sortie du disque et de me dire "un peu mou...."mais ce syndrome de la déception à la 1ère écoute a été systématique pour ma part à chaque album...
youz

Anonyme a dit…

A la lecture de cet article , je n'ai pas pu m'empêcher de sourire en imaginant un nouvel album des Stranglers baptisé Cougar
Désolé mais 40 ans de Stranglers ,bien que l'album n'est pas vieilli, c'est ce qui m'est venu à l'esprit, sinon bel article
Serais je un peu Stranglers ? ;)

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup Midnight summer dream
La rencontre avec un vieux monsieur qui vous montre que de belles choses peuvent en cacher de mauvaises ou l'inverse

Anonyme a dit…

Oui, je ne l'aurais pas parié à l'époque de sa sortie, mais cet album est toujours complètement écoutable aujourd'hui (mes chouchous : "Let's Tango In Paris", "Paradise" et "Never Say Goodbye"). On ne pourra pas en dire tout à fait autant de ceux qui ont suivi dans la période Hugh Cornwell.